Ses notes sont en chute libre, comment l’aider ?

Beaucoup de choses peuvent expliquer la chute des notes scolaires d’un enfant ou d’un adolescent. Il ne sera pas traité dans cet article des conditions exceptionnelles telles que les facteurs familiaux, psychologiques, qui doivent être alors traités au cas par cas. En revanche, je vous propose ici 4 profils que je retrouve régulièrement afin de, je l’espère, vous offrir quelques clés pour vous aider.

Le travail à la maison se fait et il tente de garder le cap, mais malgré tout, les notes n’arrivent pas à suivre

Si, malgré le travail à la maison, les notes baissent, le problème se situe surtout au niveau des 3 points suivants :

  • Il doit changer de méthode de travail à la maison. Il est important d’avoir une méthode et une organisation bien ficelées pour être efficace sur le long terme. Cela ne veut pas forcément dire travailler plus ! Il suffit d’apprendre à travailler mieux ! C’est un des aspects que j’aborde le plus souvent en cours à domicile avec mes élèves.
  • Il doit apprendre à gérer son stress. Cela peut commencer par de simples exercices (comme ceux que je vous avais proposés dans mon précédent article « 3 conseils pour aider votre enfant à gérer et réduire son stress »). Si vraiment le stress devient compliqué à gérer (maux de ventre, pleurs, vomissements …), pourquoi ne pas s’adresser à un sophrologue, voire même à un psychologue ? Les blocages sont parfois très rapides à lever avec seulement quelques séances.
  • Il doit travailler sur la confiance qu’il se porte. Différents exercices sont possibles pour augmenter la confiance que l’on se porte. Il est vrai que ce point-là est peut-être, le plus difficile à travailler et nécessite parfois un peu d’aide extérieure (famille, coach, …).

Le travail à la maison est fait, mais à son minimum. Votre enfant montre une certaine lassitude, de la fatigue et de la démotivation

  • Il est normal pour des parents de souhaiter que les notes de son enfant évoluent à la hausse. Ou tout du moins, que les notes ne baissent pas. Mais comme cela nous arrive à nous aussi, adultes, il y a des moments dans l’année où le cœur, la motivation et l’endurance ne sont plus ! Un gros coup de mou quoi ! À ce moment-là, il faut pouvoir être compréhensif. Lui expliquer qu’effectivement ce trimestre n’a pas été fameux et que parfois cela arrive. En tant qu’adulte, nous n’arrivons pas à être au maximum de notre potentiel 365 jours par an et c’est normal. Il peut donc s’avérer adéquat de l’inciter à se poser. Dormir mieux, manger mieux, pourquoi pas partir en weekend, histoire de se changer vraiment les idées ? Mais après cela, il faudra s’y remettre et remettre la barque à l’eau. Une bonne dose de compréhension et de motivation et ça repart.

Le travail à la maison est quasi inexistant. Une attitude blasée s’installe.  Sorties, jeux vidéos, télé, ordinateur l’occupent à plein temps

  • Le fait ici que les notes baissent sont peut-être le reflet de quelque chose de plus profond. Il est peut-être temps de s’installer autour d’une boisson chaude et de discuter. Que pense-t-il des cours ? De l’école ? Que ressent-il ? J’ai pu noter que, pour les lycéens, bien souvent le problème se porte au niveau du choix de leur orientation. Ne serait-il pas intéressant de le changer de filière ? D’école ? Lui redonner un nouveau souffle en lui trouvant une nouvelle voie ? En lui proposant peut-être des options plus en lien avec ses centres d’intérêts, ses passions personnelles (sport, musique, art créatif…) ? S’il n’est pas heureux là où il est, pourquoi l’y laisser ? Cela pourrait donc être intéressant de se renseigner et de demander conseils par rapport à cela. 

Il ne travaille plus ni à la maison, ni en cours. Ne trouve plus sa place. Des problèmes de comportements peuvent aussi survenir

Dans ces cas-là, les notes qui n’en finissent pas de baisser ne sont peut-être que le sommet de l’iceberg. Il peut être temps de se questionner réellement sur sa place dans le système scolaire. Est-ce que celui-ci est vraiment adéquat et représente-t-il ce dont il a besoin ? Souvent, la première pensée qui vient est que l’enfant est sur la mauvaise pente. Vous vous sentez peut-être démunis. Mais il faut, au contraire, le voir comme une réelle chance de pouvoir lui offrir ce dont il a vraiment besoin.

  • C’est peut-être le signe évident qu’il faut le changer d’établissement, voire opter pour des écoles alternatives. Vous pouvez alors vous renseigner sur les écoles démocratiques, Montessori ou pourquoi pas des cours à distance ou au CNED. Le tout étant qu’il évite la déscolarisation. Lui offrir une chance de découvrir qui il est, et la voie qu’il a envie de suivre. Ceci devient souvent plus facile en dehors du système traditionnel.
  • Cela peut être aussi le signe d’une précocité de l’enfant. J’avais eu le cas il y a quelques années. La maman ne savait plus quoi faire. Après lui avoir conseillé d’aller passer des tests auprès d’un psychologue spécialisé, l’élève avait montré des capacités différentes de la norme. C’est à cause de l’ennui écrasant qu’il ressentait en classe et le fait de ne pas se sentir à sa place que les problèmes avaient commencé. Ce ne sont pas des cas si rares que ça, c’est pourquoi cela reste une piste à tester.
  • Il peut aussi y avoir des cas de troubles de types dyscalculie, dysorthographie, dyslexie qui peuvent avoir des conséquences fâcheuses lorsqu’ils ne sont pas détectés.

Pourquoi ne pas prendre conseils auprès de personnes compétentes (Conseiller – Psychologue, …) afin de vous aider à savoir ce qu’il se passe vraiment ?

En conclusion

La seule chose dont je suis certaine aujourd’hui, c’est que tout le monde n’est pas fait pour l’école telle qu’elle existe actuellement. Certains se plaisent beaucoup, d’autres font avec, d’autres font ce qu’ils peuvent et pour d’autres encore, cela peut s’avérer être un vrai calvaire. Mais ce qui est sûr, c’est que chacun de vos enfants a des qualités qui lui sont propres et possède des capacités qui font de lui quelqu’un d’unique. Il est certain que s’il est soutenu, aimé et confiant, il trouvera sa voie, peut-être pas grâce à l’école, ni pour son année de terminale au moment de l’inscription des vœux, mais il y arrivera ! 

 

Laissez un commentaire ou poser vos questions si vous en avez. Je vous invite également à me partager les sujets que vous souhaiteriez me voir traiter.

A bientôt.

Aurelie Arias

Vous souhaitez en savoir plus sur mon parcours et mon expérience ? Je vous invite à cliquer ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.